"L'atelier du Coach"

Equilibre et Cohérence

Dis moi comment tu marches je te dirais…

Poster un commentaire

style de marche

Cerveau&Psycho – n° 45 mai-juin 2011 : Nicolas Guéguen enseignant-chercheur en psychologie sociale

• Les psychologues et comportementalistes commencent à repérer à quel type de

caractère ou d’émotion est associé tel ou tel type de démarche.

• La démarche fournit des indices sur l’âge, le sexe, le statut de dominant ou

de dominé, voire la concentration de certaines hormones dans le sang.

• Selon les chercheurs, la façon de marcher aurait constitué un protolangage

renseignant sur les intentions d’autrui, avant l’apparition du langage oral.

1. Sociable ou timide ? Dominateur ou effacé ?

Les expériences montrent que nous avons l’intuition de ces caractéristiques en observant quelqu’un marcher, même si les détails qui trahissent chaque aspect du tempérament sont parfois difficiles à isoler.

2. Vulnérable ou heureux ?

Des expériences ont montré que des observateurs

externes jugent instantanément la probabilité qu’a une femme de se faire agresser

dans la rue, d’après un enregistrement vidéo du mouvement de points lumineux

placés sur ses articulations. La démarche signalerait ainsi la vulnérabilité.

Les émotions aussi modulent la démarche : ainsi, la musique dynamique

accélère la rotation du bassin et celle des épaules lorsque le sujet change

de direction, par exemple, quand il tourne à l’angle d’une rue.

3. Pour étudier la démarche d’une personne, on utilise la technique dite des « mouvements de points lumineux » : de petites lampes sont fixées aux poignets,

hanches, épaules, genoux et chevilles, et l’individu est filmé dans le noir, pendant

qu’il marche. Le film révèle le mouvement de chaque point lumineux sur un fond

noir, ce qui est aussitôt interprété par le système visuel comme le mouvement

de la marche

Marcheur triste ou épanoui ?

Enfin, l’état émotionnel a un impact très net sur sa façon de marcher, ce qui permet à l’entourage de « lire » nos émotions. Ainsi, le psychologue Daniel Janssen et ses collègues de l’Université de Mayen ce en Allemagne ont demandé à des

étudiants de s’ imaginer angoissés, tristes, heureux, ou d’humeur neutre. Leur démarche était filmée par la technique des points lumineux et les séquences ont été projetées à des spectateurs naïfs, qui ont réussi à diagnostiquer chacun de

ces états.

Tout l’article de Nicolas Guéguen en téléchargement : http://nicolas.gueguen.free.fr/Articles/Cerveau&Psycho-45-2010.pdf

enseignant-chercheur en psychologie sociale à l’Université de Bretagne-Sud, et dirige le Groupe de recherche en sciences de l’information et de la cognition, à Vannes.

Site du laboratoire d’étude de la démarche,

avec des vidéos : http:// www. biomotionlab.ca/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s